Echanges d’expérience entre radioamateurs du Burkina, du Japon et d’Italie

3 mars 2013   Réagissez   Étiquettes : , ,

article tiré du “LEFASO.NET”édition du 3 mars 2013

jeudi 28 février 2013

L’Association des radioamateurs du Burkina Faso (ARBF), en collaboration avec des radioamateurs du Japon et de l’Italie ont organisé un atelier de formation sur le thème : « radioamateur : utile pour l’humanité » le 27 février 2013 à la salle de conférence de l’hôtel Palace à Ouagadougou. Objectif : partager les expériences sur leur passion commune. Présidée par le ministre de la communication, cette rencontre d’une demi-journée était parrainée par le président de l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes, Mathurin Bako.

Réagissez à cet article RÉAGISSEZ (1)

Télécommunications : Echanges d’expérience entre radioamateurs du Burkina, du Japon et d’Italie

Encore peu connu dans nos contrées, les radioamateurs sont parfois perçus comme un club de retraités ou de fortunés qui veulent s’amuser. Or, pour qui connait l’histoire et la contribution des radioamateurs à la résolution de catastrophes à travers le monde, ils peuvent être définis comme « des passionnés des ondes électromagnétiques qui poussent un peu plus loin leur connaissance en la partageant avec d’autres personnes », précise le président de l’Association des radioamateurs, Hugolin Pooda.

Ainsi donc, ces radioamateurs italiens et japonais ont traversé des océans pour être à Ouagadougou, au nom de leur passion mais également de cette envie de partager leurs connaissances. Le service de radioamateur est jusque-là assez méconnu au pays des hommes intègres. La preuve : on ne compte que quelques dizaines de radioamateurs. Mais, la plupart des membres ont fait le déplacement de l’hôtel Palace ce 27 février pour profiter de ces différentes expériences européennes et asiatiques.

Radioélectricité sans intérêt pécuniaire

L’UIT, chargée de la règlementation et de la planification des télécommunications dans le monde accorde une grande importance au service amateur qu’elle définit comme étant le « service de radiocommunication ayant pour objet l’instruction individuelle, l’intercommunication et les études techniques effectuées par des amateurs ; c’est-à-dire des personnes dûment autorisées s’intéressant à la technique de la radioélectricité à titre uniquement personnel et sans intérêt pécuniaire », a rappelé Mathurin Bako, président de l’ARCEP et parrain de cet atelier de formation..

Ces personnes pratiquent sans intérêt pécuniaire un loisir permettant d’expérimenter les techniques de transmission et par conséquence d’établir des liaisons radio avec d’autres radioamateurs du monde. « Il est donc du devoir du régulateur de s’associer aux activités de votre association pour aider à connaître votre structure car le secteur des communications électroniques doit beaucoup d’avancées technologiques à l’action des radioamateurs. Par exemple, c’est grâce à eux que les fréquences au-dessus de 30 Mhz sont aujourd’hui utilisées », déclare le parrain. C’est donc dire que l’activité radioamateur permet d’acquérir des connaissances techniques dans les domaines de la radio et de l’électronique et de développer des liens d’amitié entre amateurs de différents pays de l’UIT. « Mais le continent africain est encore à la traine dans le développement des activités des radioamateurs », regrette Mathurin Bako.

Compter sur l’appui de l’ARCEP

Pour le rayonnement des radioamateurs du Burkina, l’Association des radioamateurs du Burkina (ARBF) doit donc maintenir le cap de la sensibilisation et de la formation. Et pour ce faire, elle peut compter sur le soutien du régulateur burkinabè.

Tout en saluant le dynamisme de l’ARBF, le président de l’ARCEP lance un appel aux burkinabè de tout âge à adhérer à cette association. « Les radioamateurs ont rendu un énorme service à l’humanité et les burkinabè sont aussi en droit d’attendre de vous, les concours en cas de besoin », lance Mathurin Bako.

« Vous, radioamateurs du Burkina, vous êtes les seuls opérateurs de service radio ayant le droit de réaliser votre propre équipement sans homologation technique. Ceci impose au régulateur un examen de niveau technique pour éviter les gênes ou brouillages aux autres services ainsi que les risques de sécurité », ajoute le patron de l’ARCEP. C’est dire que la collaboration entre les deux structures va au-delà des cérémonies protocolaires.

Moussa Diallo

Lefaso.net

Conférence animée par les présidents de l’ARCEP et de l’ARBF

7 décembre 2011   Réagissez   Étiquettes : , , ,

 

Qui sont les radioamateurs ? Vous n’en savez pas grand-chose ? Nous n’aurions pas pu vous en dire davantage jusqu’à ce que l’Association des radioamateurs du Burkina (ARBF) convie la presse pour présenter leur structure et les activités qu’ils entendent mener. C’était ce mardi 06 décembre à Ouagadougou au siège de l’ARCEP (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes). Cette conférence marquait le lancement officiel des activités de l’association.

« Les radioamateurs sont des hommes et des femmes qui pratiques sans intérêt pécuniaire, un loisir technique permettant d’établir des liaisons radios avec d’autres radioamateurs du monde entier » nous apprend Hugolin Pooda, le président de l’ARBF. Au-delà, de ce loisir, ils peuvent être d’un apport considérable quand survient une catastrophe naturelle. Ainsi, les radioamateurs qui ont des profils divers peuvent fournir les premières informations d’un sinistre aux agences publiques (police, pompiers et ambulanciers, communication avec les hôpitaux. L’Indépendance de l’infrastructure le dévouement, la qualification technique, et la capacité d’improvisation sont autant de qualités qui peuvent contribuer à sauver des vies en situation d’urgence. Le tremblement de terre et le tsunami qui ont touché le nord-Est du japon le 11 mars 2011 ont révélé l’importance des radioamateurs.

Le président renchérit que « Les opérateurs radioamateurs ont été fortement impliqués dans le sauvetage des sinistrés. Malgré les coupures de courant et les problèmes de connexions, ils ont transmis des demandes de sauvetage et des informations sur la situation du désastre à l’aide de batterie de voiture ou de petits générateurs à moteur ». Toute chose qui lui fait dire que si les radioamateurs étaient développés au Burkina, les inondations du 1er septembre auraient fait moins de sinistrés. Indépendants des réseaux téléphoniques et des coupures d’électricité, les radioamateurs sont donc une alternative en situation de catastrophe.

Pour être radioamateur, il faut avoir de la passion, être déterminé, avoir de la volonté et bénéficier d’une formation conséquente. L’association est ouverte à toute personne peu importe le profil. En fonction de la capacité de l’équipement, un radioamateur à partir du Burkina peut établir un lien et communiquer avec d’autres radioamateurs à travers le monde. Le coût d’un équipement va de 150. 000 à des dizaines de millions de FCFA. En plus de l’équipement technique, il faut également avoir un certificat d’opérateur et une licence d’exploitation délivrée par l’ARCEP.

Reconnue officiellement depuis le 21 juin 2010, l’ARBF pourra désormais bénéficier auprès de l’Union internationale des radioamateurs (l’instance supérieure du service amateur dans le monde) de dons en matériels techniques et de bourse de formation. Des formations au profit des élèves, étudiants de Ouagadougou ainsi que des journalistes sont entre autres activités que l’association compte menée dans les prochains jours. Le président de l’ARCEP, Mathurin Bako tout en reconnaissant l’importance des radioamateurs a dit la disponibilité de son service à les accompagner. On dénombre une trentaine de radioamateurs essentiellement dans la ville de Ouagadougou. M. Poda et ses membres comptent étendre leurs liaisons radio dans les autres parties du pays.

Tiga Cheick Sawadogo (stagiaire)
Ph. Bonaventure Paré

La 22ème conférence de l’IARU Région 1

1 septembre 2011   Réagissez   Étiquettes : , , , ,

image

 

L’ARBF était bien représentée en la personne de Monsieur Hugolin POODA (XT2HB) son président pour la 22ème conférence IARU région 1 du 13 au 17 Aout 2011 à Sun City en Afrique du Sud.

imageimage

image

La conférence a été ouverte en présence des dignitaires et des délégués des associations membres le samedi 13 aout 2011.

Le président, M. Hans Blondeel Timmerman, PB2T, a ouvert la première session plénière en accueillant M. Brahima Sanou, directeur du bureau de développement de télécommunication de l’UIT, M. Soumaila Adoulkarim,
sécrétaire général de l’union africaine des télécommunications (ATU), M. Mohamadou Arabani Saibou, directeur général de l’Ecole Supérieure Multinationale des Telecom ESMT, au Sénégal, ainsi que les représentants de l’IARU et des régions 2 et 3, ainsi que les déléguées des associations membres de la région 1.

Pour la première fois dans l’histoire de la région 1, la conférence générale a lieu sur le continent africain à Sun City en Afrique du Sud.

Le président de la région 1, Hans, PB2T, a demandé une minute de silence à la mémoire des radioamateurs qui nous ont quittés, et plus particulièrement Axel Tigersted, OH5NW, ancien trésorier de la région 1, Thormod Boe, LA7OF, président de la NRRL, et Lothar Wilke, DL3TD, responsable pour le DARC des activités DX et des concours.

M. Soumaila Adoulkarim, M. Mohamadou Saibou et le président de l’IARU Tim St John Ellam, VE6SH, ont ensuite fait une brève allocution, avant que M. Brahima Sanou, directeur du bureau de développement de télécommunication de l’UIT ouvre officiellement la 22ème conférence générale de l’IARU région 1.

Cent trois délégués représentaient cinquante quatre des associations nationales de la région 1 à la conférence générale.

Tout au long de la conférence, diverses réunions se sont tenues et des recommandations ont été
proposées par les différents comités : comité C2 (finances), comité C3 (administration et organisation), comité C4 (HF) et comité C5 (VHF/UHF/SHF).

Ce sont au total soixante-dix-huit recommandations issues du travail de ces comités qui ont été soumises au vote lors de la session plénière finale le mercredi 17 août 2011.
Des ateliers spécialisés ont également eu lieu sur 3 sujets : la CMR 2012, le projet STARS (aide à l’implantation du service amateur dans les pays) et la place des jeunes dans le radio-amateurisme.

Une page dédiée à l’action vers les jeunes a d’ailleurs été introduite sur le site site Web de la région 1.

Pour la première fois, la première réunion plénière et les réunions du comité C5 étaient diffusées en temps réel sur le web.
Un nouveau comité de direction a été élu pour les trois années à venir, ils prendront leurs fonctions le 30 septembre 2011.

Les membres élus sont : président : Hans Blondeel Timmerman, PB2T, vice-président : Hani Raad, OD5TE, secrétaire : Dennis Green, ZS4BS, trésorier : Andreas Thiemann, HB9JOE, membres : Thilo Kootz, DL9KCE, Colin
Thomas,G3PSM, Nikola Percin, 9A5W, Anders Larsson, SM6CNN, et Panayot Danev, LZ1US.
Trois candidatures pour accueillir la 23ème conférence générale de l’IARU région 1 en 2014 ont été présentées par la Russie (SRR), la Bulgarie (BFRA) et une offre conjointe des Pays-Bas (VERON) et de la Belgique (UBA), Après vote, la 23ème conférence IARU région1 se tiendra en Bulgarie, à Varna sur la Mer Noire en septembre 2014.
Le REF-Union, association représentant l’IARU en France, était représentée par F9IE, Bernard Chéreau, également responsable de la commission HF.

 

Cette conférence a également permis de s’imprégner du forclore d’Afrique du sud grâce à de magnifiques démonstrations

imageimageimageimage

.

Naissance du site internet de l’ARBF

Hugolin POODA XT2HB

Bienvenue dans le site de l’Arbf où nous sommes très heureux de vous accueillir.

Dans le cadre de la promotion de l’activité amateur , les Oms et Swl ont bien voulu en créant l’ARBF faire découvrir  au plus grand nombre cette passion.

C’est avec beaucoup d’enthousiasme et de conviction que j’ai d’accepté la lourde responsabilité de Président de l’ARBF , et je puis vous dire que  ne ménagerai aucun effort pour mener à bien cette mission.

Je désire m’engager à fond dans son développement et contribuer à accroitre son rayonnement auprès de tous à l ‘intérieur et à l’extérieur.

Pour parvenir à ce chalenge, Je suis heureux de compter sur une équipe solide et dynamique.

La continentalité du Burkina Faso et le peu de radioamateurs nationaux actifs  en avait fait un pays moins connu du monde radioamateurs.

Cependant, la majeure partie des D’xeurs venant du monde entiers en sont repartis totalement conquis par la beauté et l’hospitalité du peuple Burkinabé.

L’implication des radioamateurs Burkinabés d’adoption (Michel Delanoue F5RLE/ XT2DM et François Clément XT2/F5ADE) est un gage de solidarité et d’amitié sans frontière.

Je voudrais ici remercier au nom de l’ARBF les autorités techniques et politiques Burkinabés plus particulièrement le Président de l’ARCE,le secrétaire général du MPTIC,la Mairie de Ouagadougou) pour leur contribution morale et technique.

Bonne et heureuse année 2011

Je vous remercie

Hugolin POODA

Président de l’ARBF

Conférence IARU à Abidjan

image

 

 

 

 

 

Le 30 octobre 2010 s’est tenue à ABIDJAN la conférence de L’IARU. à cette occasion Monsieur Hugolin POODA a reçu des mains des Monsieur Tafa DIOP (6W1KI Vice Président de l’IARU R1 et coordinateur Afrique Ouest) le diplôme de participation.

image

Copyright © 2011 tous droits réservés. Association des radioamateurs du Burkina-Faso Agrément 2010-313 du 21 juin 2010 Ouagadougou, province Kadiogo.